Kamel Daoudi ne veut plus être suspect à perpétuité

Par

Kamel Daoudi, le plus vieil assigné à résidence de France, entame une grève de la faim pour protester contre le sort qui lui est fait. Un amendement sénatorial vise à prolonger indéfiniment la mesure qui frappe depuis près de dix ans cet ancien djihadiste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La situation de Kamel Daoudi, 43 ans, semble tirée de l’univers de Franz Kafka. Ce Franco-Algérien a été déchu de sa nationalité française, interdit de territoire, mais ne peut pas être expulsé vers l’Algérie à cause des risques de mauvais traitements qu'il encourt. Par une sorte de principe de précaution sécuritaire, il est devenu le plus vieil assigné à résidence en France, un statut qu'il endure depuis 2008, en dépit des textes de loi qui limitent cette mesure dans le temps.