Les députés PS placent le premier ministre sous surveillance

Les cent députés PS qui menaçaient de ne pas voter la confiance sont rentrés dans le rang, tout en multipliant les avertissements sur le pacte de responsabilité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La logique majoritaire l’a emporté. La centaine de députés socialistes qui avaient menacé de ne pas voter la confiance à Manuel Valls sont finalement rentrés dans le rang. Seuls onze se sont abstenus, tous issus de l’aile gauche : c'est une première sous la Ve République qu'un premier ministre socialiste ne fasse pas le plein des voix de son parti et de sa majorité.