En Bretagne, Marine Le Pen mise tout sur l’immigration

Par

En terre bretonne, où ses scores sont inférieurs à la moyenne nationale, le Rassemblement national tente de glaner des voix en vue des élections européennes. Mais la réunion organisée samedi 6 avril près de Rennes a surtout attiré des fidèles supporteurs, convaincus par le vieux refrain de la « préférence nationale ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bruz (Ille-et-Vilaine), envoyée spéciale.-  En Bretagne, c’est une habitude. Pour éviter que des manifestants viennent gâcher l’événement, le Rassemblement national organise généralement ses meetings dans des villes moyennes ou des petites communes rurales. En déplacement ce week-end dans la région, Marine Le Pen et Jordan Bardella, tête de liste du RN pour les élections européennes, ont donc jeté samedi 6 avril leur dévolu sur Bruz, une ville d’environ 18 000 habitants, en banlieue de Rennes. Et ce n’est pas dans le centre urbain qu’ils ont installé leurs micros, mais à l’extrême nord des limites de la commune, dans une exploitation agricole prêtée par un ancien candidat FN aux départementales de 2015.