Les associations écologistes veulent verdir la présidence socialiste

Par

En 2007, le quinquennat Sarkozy avait démarré par une lune de miel avec les défenseurs de la nature, débouchant sur le Grenelle de l’environnement. Cinq ans plus tard, tout est à reconstruire pour la nouvelle présidence socialiste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ça n’a pas tardé : dès le lendemain de l’élection de François Hollande à la présidence de la République, France Nature Environnement (FNE), la plus grosse fédération d’associations écologistes en France, envoie un communiqué d’appel à la mobilisation environnementale : « La transition écologique, c’est maintenant. » C’est que le quinquennat s’ouvre sur de moins bons auspices pour les écologistes qu’en 2007. Il y a cinq ans, la prise du pouvoir par Nicolas Sarkozy s’était accompagnée d’une forme de lune de miel avec les défenseurs de la nature, qui culmina en octobre 2007 avec son discours sur le « new deal » vert et l’amorce du « monde d’après ». Dès juin, les collèges de négociateurs (ONG, collectivités locales, Etat, syndicats de salariés et patronaux) du Grenelle de l’environnement étaient formés, préparant les tables rondes conclusives de l’automne.

A l’époque, « il y avait une courroie de transmission entre le pouvoir et les écologistes en la personne de Nicolas Hulot, qui communiquait de façon extrêmement performante et efficace », se souvient Arnaud Gossement, avocat et ancien porte-parole de FNE, alors cheville ouvrière du Grenelle en gestation. La campagne présidentielle avait été marquée par « le pacte écologique » de Hulot, que cinq des douze candidats au premier tour avaient signé (dont Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal). Mais aujourd’hui, « on en est loin », regrette Benoît Faraco, porte-parole de la fondation pour la nature et l’homme (FNH), ancienne fondation Nicolas Hulot. « François Hollande a parlé de la transition énergétique de façon récurrente pendant sa campagne, et fait le lien avec la sortie de la crise, mais ce ne sont que les mots d’un candidat. Alors que le changement climatique, c’est maintenant ! »