Comment l’État envisage d’affaiblir l’ONF

En plus des suppressions de postes, l’État songe à confier la gestion des forêts communales à des prestataires privés et à supprimer la consultation de l’Office national des forêts en cas de défrichement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour les travailleurs forestiers de l’Office national des forêts (ONF), aucun doute : une gestion durable de la forêt dépend du maintien d’un service public fort. Or, l’ONF se fait démanteler en silence. Les suppressions d’emplois continuent, tandis que l’Office se fait peu à peu déposséder de ses compétences. Certains acteurs de la filière forestière voudraient même déléguer la gestion des forêts communales à des prestataires privés. Un projet de décret sur la simplification de la procédure des autorisations administratives, actuellement en consultation publique, propose aussi de se passer de l’avis de l’ONF en cas de défrichement de forêts publiques.