Jamil Mouawad : «Au Liban, les gens contestent, protestent, mais n’ont aucune vision de l’avenir»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quatre jours après l’explosion dans le port de Beyrouth qui a causé la mort d’au moins 154 personnes et fait 5 000 blessés, la colère des Libanais ne faiblit pas. Ce samedi après-midi, une manifestation s’est déroulée à Beyrouth (forte de milliers de participants et parsemée de confrontations avec les forces de l’ordre) pour demander des comptes à la classe politique. Face à la pression de la rue, le premier ministre Hassan Diab a annoncé qu’il allait proposer des élections anticipées. Dans un discours télévisé, le chef du gouvernement a estimé que seules « des élections anticipées peuvent permettre de sortir de la crise structurelle », ajoutant qu’il était prêt à rester au pouvoir « pendant deux mois », le temps que les forces politiques s’entendent à ce sujet.