La crise sanitaire révèle un pouvoir en désordre

Par

Des professionnels de santé aux membres du gouvernement, rares sont ceux à comprendre la façon dont est gérée la crise depuis la rentrée. Alertes ignorées, consultations bâclées, défiance généralisée... « On est en train de créer un problème de nature politique et démocratique qui menace l’avenir du pays », estime l’ancien directeur général de la santé William Dab.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une impression de jour sans fin. C’est ce qui ressort du bref échange qu’a eu Emmanuel Macron avec des soignants de l’hôpital Rothschild AP-HP (Paris XIIe), mardi 6 octobre, en marge d’une visite à l’association Œuvre de secours aux enfants (OSE). Comme l’ont fait ses prédécesseurs avant lui, dans une approche néo-libérale de la santé, le chef de l’État a opposé aux pancartes « du fric pour l’hôpital public » le fait qu’il ne s’agissait pas d’« une question de moyens », mais d’« organisation ». « On est tous mobilisés. […] Il y a eu un gros travail », a-t-il argué, en référence au Ségur de la santé, pourtant jugé bien insuffisant par les principaux concernés.