Une semaine folle, d’Omar Raddad à Mediapart...

Par

Quoi de commun entre le dossier Bettencourt, la question fiscale de Mediapart et de la presse indépendante en ligne et l’affaire Omar Raddad ? Dans les trois cas, et dans la même semaine, un décalage surréaliste entre le temps des citoyens et celui des institutions, avec un pouvoir coupé du réel.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Prenez le procès du majordome accusé d’avoir enregistré des heures de conversations, dans le salon d’une vieille milliardaire, et des cinq journalistes (deux du Point et trois de Mediapart) mis en examen pour les avoir diffusées : au moment des révélations, un débat passionné avait opposé ceux qui jugeaient utile et nécessaire de porter ces dialogues à la connaissance du public et ceux qui, pour des raisons morales ou procédurales, estimaient que ce déballage public constituait une atteinte à la vie privée.