Un drôle de procès pour le mur des cons

Par

Le procureur a requis la relaxe de Françoise Martres, ancienne présidente du Syndicat de la magistrature, jugée pendant quatre jours à Paris pour l’affaire du mur des cons.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La justice est pauvre, les tribunaux asphyxiés, mais les hiérarques parisiens ont tout de même dégagé dans leur planning quatre journées d’audience à consacrer à l’affaire du « mur des cons » du Syndicat de la magistrature (SM). Il a aussi fallu dénicher une nouvelle présidente pour ce procès à la chambre de la presse, Corinne Goetzmann, qui présentait l’avantage de ne pas connaître la seule prévenue du dossier, sa collègue Françoise Martres, présidente du SM de 2013 à 2016. Se sont ensuivies, de mardi à vendredi soir, de longues heures de débats et de témoignages divers, au cours desquelles on a beaucoup parlé politique, syndicalisme, engagement militant, impartialité, éthique et morale, mais assez peu de droit.