Vaccins : une course sans fin

François Ruffin: «Si les labos ne veulent pas céder les brevets, on les prend!»

Pourquoi ne pas faire du vaccin contre le Covid-19 un bien public ? Échange dans « À l’air libre » entre François Ruffin, député de La France insoumise, et la docteure Sophie Crozier, neurologue, membre du Conseil national d’éthique.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

La rédaction de Mediapart

9 février 2021 à 20h34

PDF

Le débat sur la possibilité de faire du vaccin un bien public est mondial. Il y a eu en mai 2020 cet appel de la communauté internationale lancé par le Yunus Center, du prix Nobel de la paix Muhammad Yunus. Un appel signé par 155 personnalités à ce jour dont l’ancien président russe Mikhail Gorbatchev, l’ancien président brésilien Luiz Inácio Lula, le chanteur Bono ou l’acteur Matt Damon mais aussi l’entrepreneur milliardaire Richard Branson ou encore pour les Français la maire de Paris Anne Hidalgo.

Le débat monte également en France, mais plus doucement. Ainsi cet appel publié sur le site du Journal du dimanche, dans lequel une centaine de scientifiques signent un appel au président français Emmanuel Macron. Dans ce texte, ils demandent au gouvernement français, d’agir de manière ferme et résolue pour notamment « obtenir rapidement les licences nécessaires sur les vaccins anti-Covid déjà validés » mais aussi aux sociétés productrices de vaccins « de concrétiser leur accord pour l’attribution des licences aux autres sociétés pharmaceutiques capables de produire également ces vaccins ».

Le débat est plus compliqué qu’il n’y paraît, comme l’expliquait déjà Jérôme Hourdeaux dans un récent article. Sur le plateau d’« À l'air libre », la neurologue Sophie Crozier, également membre du Comité consultatif national d’éthique, signataire de l’appel du JDD, et le député de la Somme, François Ruffin, de La France insoumise.


À la Une de Mediapart

International — Entretien
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Économie — Reportage
Leroy Merlin, des bénéfices records et des salariés en lutte pour 80 euros
Depuis le 17 novembre, une cinquantaine de salariés de Leroy Merlin bloquent l’entrepôt de Valence, dans le cadre d’une grève inédite sur plusieurs sites de l’enseigne de bricolage. Salariés des magasins et des entrepôts réclament des augmentations et un meilleur partage des bénéfices.
par Khedidja Zerouali
France — Article
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
France — Reportage
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne