Manuel Valls tourne un peu plus le dos aux salariés

Par

Si Manuel Valls aime l’entreprise, il aime encore plus le patronat. Avec ses mesures pour l’emploi, le premier ministre s’attache à répondre point par point aux demandes des employeurs, quitte à détricoter un peu plus le code du travail.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il paraît que quand les socialistes arrivent au pouvoir, le premier de leur souci est de rassurer le patronat, qui a tôt fait de les caricaturer rouge sang. Mais rassurant ne veut pas dire servile. Une nuance que Manuel Valls semble avoir définitivement enterrée. Prenant appui sur la volonté légitime de donner un coup de pouce aux TPE et PME (les très petites, petites et moyennes entreprises), le premier ministre annonce un catalogue de nouvelles mesures qui sont autant de coups de canif dans la protection des salariés. Surtout, après les lois Macron et Rebsamen, il sanctuarise l’idée que c’est le code du travail qui crée le chômage, et non pas le manque d’activité économique.