Le RSA, si détesté, si décrié, si peu demandé

Par

Pendant la présidentielle, le RSA a été présenté comme le symbole d'une France d'assistés. Or une étude de la CNAF révèle que 68 % des bénéficiares potentiels du RSA-Activité ne le demandent pas, souvent par peur d'être stigmatisés. Le RSA a manqué sa cible.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Certains chiffres balayent tous les discours. Selon une étude de la CNAF (Caisse nationale des allocations familiales) parue cet été, 35 % des bénéficiaires potentiels du “RSA socle” (l’ancien RMI) ne le demandent pas. Le taux grimpe à 68 % pour le “RSA activité” (le complément de salaire proposé aux travailleurs pauvres). Pour Martin Hirsch, ancien Haut commissaire aux solidarité actives et père du RSA, « ces chiffres clouent le bec à tous ceux qui pensent que la France est un pays d’assistés ». De tels pourcentages montrent cependant que le RSA a largement manqué sa cible.