«J’ai échappé à la grève des transports en passant 31 heures en garde à vue»

Par

Un enseignant-chercheur et photographe souhaitait aller manifester le 5 décembre et faire quelques photographies. Au lieu de cela, il a passé trente et une heures en garde à vue pour « participation à un groupement en vue de la préparation de violences, de destructions ou de dégradations ». Et il le raconte, lundi 9 décembre, sur le site Lundi matin, tout en restant anonyme.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lundi 9 décembre, un enseignant-chercheur et photographe anonyme raconte sur le site Lundi matin comment il a été empêché de manifester le 5 décembre dernier, pour la grande journée de mobilisation contre la future réforme des retraites. À peine sorti de son domicile, il affirme avoir été contrôlé, interpellé, placé en garde à vue.