La question des contrôles au faciès s’invite au lycée

Par et

Après le contrôle subi devant toute la classe par trois de ses élèves noirs ou maghrébins, le 1er mars, gare du Nord à Paris, une professeure d’un lycée professionnel de Seine-Saint-Denis veut obtenir l’interdiction des contrôles d’identité lors des sorties scolaires. Les ministères de l’éducation nationale et de l’intérieur font la sourde oreille.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En descendant du train à la gare du Nord, ils étaient à demi-éveillés, des « zombies », racontent-ils. Le 1er mars 2017, cette classe de lycée professionnel d’Épinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) revenait d’un séjour pédagogique de deux jours à Bruxelles, en Belgique, pour y découvrir les institutions européennes. Durant le voyage, la classe de terminale en gestion administrative (TGA) s’est assoupie. Le retour à la réalité a été brutal.