Un directeur d’ARS limogé: l’hypocrisie du gouvernement

Par

Le directeur général de l’Agence régionale de la santé Grand Est a été limogé. Sa faute : avoir confirmé de lourdes économies pour l’hôpital de Nancy. Les anciennes pratiques perdurent pourtant : les hôpitaux n’ont toujours pas reçu de soutien financier pour faire face au Covid-19.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En conseil des ministres, mercredi 8 avril, le directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) Grand Est, Christophe Lannelongue, a été démis de ses fonctions. Une sortie de route pour ce haut fonctionnaire, familier des cabinets et des directions ministérielles sous tous les gouvernements socialistes depuis 1988. Mais il devrait atterrir en douceur, dans son corps d’origine, l’Inspection générale des affaires sociales, comme Aquilino Morelle avant lui. Sa chute est aussi bien moins cruelle que celle de son ancien collègue Benjamin Griveaux au cabinet de la ministre de la santé Marisol Touraine, dont ils furent tous deux les conseillers.