La campagne crépusculaire de Cambadélis pour un sixième mandat

Par

La cote d’avenir du patron du PS est aussi effondrée que son parti. Face à deux jeunes, le ministre Mounir Mahjoubi et l’Insoumise Sarah Legrain, il est en passe de perdre son siège.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Fin de parti(e) en vue pour Jean-Christophe Cambadélis. Élu depuis 1988, avec une interruption entre 1993 et 1997, dans une circonscription obtenue dans la foulée de son entrée en fraction au PS (en 1986, avec plusieurs centaines de militants trotskystes lambertistes), le secrétaire national du Parti socialiste s’est peut-être lancé dans la candidature de trop. Celle qui pourrait sévèrement sanctionner la carrière d’un maître en professionnalisation de la vie politique et du militantisme.