Sarkozy rejoue le président protecteur

Par
Nicolas Sarkozy a finalement interrompu ses vacances pour une réunion de crise à l'Elysée. Aucune mesure n'a été prise, mais le chef de l'Etat a pu éprouver sa stratégie pour 2012: se glisser, comme en 2008, dans le costume du président pompier de la crise et jouer l'éternelle «représidentialisation».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les rumeurs sur l'état de santé de la Société générale et sur une dégradation de la note française ont-elles fait revenir Nicolas Sarkozy à Paris? Officiellement, le chef de l'Etat n'avait pas quitté le Cap-Nègre pour «ne pas rajouter de la crise à la crise» (dixit un proche). Il a finalement interrompu ses vacances mercredi pour une «réunion sur la situation économique et sociale» à l'Elysée, avec les ministres concernés. Il a demandé au duo de Bercy, François Baroin et Valérie Pécresse, de lui présenter de nouvelles propositions pour réduire les déficits publics. Les «décisions définitives», elles, seront prises le 24 août, après le Conseil des ministres de la rentrée. Cela n'a débouché sur «aucune impulsion politique nouvelle pour répondre à la gravité de la crise», a dénoncé le Parti socialiste.