Harcèlement moral: l’association France terre d’asile condamnée

Par

Responsable de l’hébergement de milliers de demandeurs d’asile, l’association a été condamné aux prud’hommes pour harcèlement moral et licenciement abusif, dans un jugement qui vise son directeur général Pierre Henry. Des syndicats dénoncent des pratiques qui ont pour effet de dégrader l’accueil des exilés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Voilà une décision de justice qui sème le trouble au sein de l’équipe de près de 900 salariés de France terre d’asile, poids lourd de l’hébergement des demandeurs d’asile (4 522 places), qui dépend massivement de la commande publique. Il s’agit d’un jugement du conseil de prud’hommes de Paris, en date du 20 juillet 2017, passé inaperçu jusque-là, qui vise directement son bouillonnant et médiatique directeur général, Pierre Henry, toujours près d’une caméra lors des évacuations de campements parisiens.