Des toxicomanes privés de soins par la faute de pharmaciens

Par

Selon un testing réalisé par l’association Asud, 70 % des pharmacies parisiennes ne veulent pas délivrer aux clients toxicomanes les produits de substitution nécessaires pour soigner leur addiction.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sept pharmacies parisiennes sur dix refusent de délivrer leurs traitements aux toxicomanes en demande de Subutex ou de méthadone, substituts de l’héroïne. C’est le constat fait sur le terrain par l’association Asud (Auto-support des usagers de drogues), à l’issue d’un testing effectué cet été. Une pratique « honteuse », dénonce Fabrice Olivet, président de l’association, qui appelle à une « prise de conscience » des pharmaciens face à ce procédé généralisé mais illégal.