Balladur 1995: Voynet dénonce la «complicité active du Conseil constitutionnel»

Par
Dominique Voynet, candidate à la présidentielle de 1995, réagit à la validation par le Conseil du compte de campagne d’Edouard Balladur. «On se demande quelles ont été les contreparties!», lance la sénatrice.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Que peuvent bien ressentir les anciens adversaires d'Edouard Balladur à la présidentielle de 1995? D'après des documents dévoilés mercredi 8 décembre par Mediapart, le Conseil constitutionnel s'est arrangé à l'époque pour valider le compte de campagne de l'ancien premier ministre, alors qu'il aurait dû le rejeter. En réalité, les dépenses d'Edouard Balladur dépassaient d'environ 7 millions de francs le plafond légal autorisé (d'après les calculs des rapporteurs du Conseil), et une recette de 10,25 millions de francs s'avérait dépourvue de justification. Si le compte avait été retoqué, l'ancien hôte de Matignon aurait dû tirer un trait sur le remboursement par l'Etat de 30 millions de frais de campagne, et signer un chèque de 7 millions de pénalité au Trésor public. Quant à Jacques Chirac, son compte explosait lui aussi le plafond, selon des témoignages à ce jour incontestés.