Retraites: sous couvert de compromis, le gouvernement arrive à ses fins

Par

Édouard Philippe a consenti à retirer « provisoirement » du projet de loi retraites la mesure d’économie qui crispait Laurent Berger. L’âge pivot est enlevé du texte, mais uniquement pour les départs avant 2027. La CFDT est ravie et pourtant, il y a de fortes chances qu’elle sorte une nouvelle fois perdante de ce jeu de dupes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un « compromis » aux airs de vaste plaisanterie. Comme il l’avait annoncé la veille, Édouard Philippe a écrit aux partenaires sociaux, samedi 11 janvier, jour de nouvelles manifestations, pour leur faire part de ses propositions de sortie de crise (voir son courrier sous l’onglet « Prolonger »). Ce faisant, le premier ministre s’est surtout adressé à la CFDT, seul syndicat d’envergure à se dire, depuis le début, « très clairement favorable » au principe du régime universel de retraite voulu pas Emmanuel Macron ; et, dans une moindre mesure, à l’Unsa.