Le procès de l’ancien secrétaire d’État Kader Arif risque d’être reporté

Proche de François Hollande, Kader Arif doit être jugé mercredi 12 janvier par la Cour de justice de la République dans une affaire de favoritisme, mais la situation sanitaire rend le déroulement du procès incertain.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

À peine ouvert, déjà refermé ? Le procès de l’ancien ministre Kader Arif, qui doit s’ouvrir mercredi 12 janvier devant la Cour de justice de la République (CJR) pour une durée de trois jours, risque fort d’être renvoyé à une date ultérieure : plusieurs juges parlementaires sont en effet positifs au Covid-19, ou encore cas contacts, selon des informations obtenues par Mediapart. S’il estime que le nombre de juges titulaires et suppléants est trop faible, le président Dominique Pauthe n’aura d’autre choix que de reporter les débats.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal