A Béziers, le laboratoire de la nouvelle extrême droite de Robert Ménard

Par

Soutenu par le FN, Robert Ménard érige sa gestion en « exemple » et multiplie les coups de com'. Du vent pour certains. Pour d'autres, les bases d'un laboratoire d'une nouvelle extrême droite, à mi-chemin entre le FN, les identitaires et le modèle du maire d'Orange Jacques Bompard.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyée spéciale à Béziers.- « On verra les résultats des élections dans deux mois. » C'est la réponse qu'apporte Robert Ménard à toutes les critiques. Le maire de Béziers, qui présente des candidats dans trois cantons en binôme avec le Front national, se targue d'avoir les Biterrois derrière lui. « Les gens ont besoin de sécurité, de propreté, et aussi de rêver. Ils mesurent qu’ils ont une équipe qui diffère radicalement de la précédente. On va voir s’ils en sont contents ou pas. C’est le seul jugement qui m’importe. »