Guadeloupe et Martinique en colère contre l’Etat

Par Julien Sartre (Guyaweb)

Blocage de ronds-points, grèves, manifestations anti-masques, défilés politiques, affrontements avec la police : le climat social est plus que tendu. La crise sanitaire a donné le coup d’envoi à une litanie de restrictions de liberté, autant qu’à l’expressions de mécontentements qui couvaient.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Fort-de-France (Martinique).– « C’est la réponse judiciaire à la manifestation du 27 février, un véritable calendrier de répression s’est mis en place. » D’un ton désabusé mais avec une vigueur combative, l’avocat Alex Ursulet déplore l’attitude des forces de l’ordre et des autorités judiciaires envers les militants Rouge-Vert-Noir, les couleurs du drapeau martiniquais, qu’il défend (visé par une plainte pour viol déposée à Paris, Alex Ursulet a été placé sous le statut de témoin assisté – lire notre Boîte noire).