Dans l'affaire Wissam El-Yamni, un chauffeur routier décédé le 9 janvier 2012 suite à son interpellation à Clermont-Ferrand, la chambre de l'instruction a ordonné le 4 avril 2017 une nouvelle expertise médicale sur les causes de sa mort, qui sera faite par un collège d'experts incluant un toxicologue. Ce sera la quatrième dans cette information judiciaire pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l’autorité publique », qui a rapidement tourné à la bataille d’expertises médicales.