Pour la santé, collectifs et associations espèrent un retour à des « valeurs plus humanistes »

Par

Casse de l'hôpital public, gestion managériale des soins, stigmatisation de certains patients… Durant le quinquennat de Sarkozy, médecins, professionnels de santé et patients se sont régulièrement soulevés contre les effets de sa politique en matière de santé. Ils attendent de la gauche une politique plus juste, plus égalitaire. Et font des propositions.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Du quinquennat de Nicolas Sarkozy, ils retiennent « la casse du service public hospitalier » et l'abandon d'une éthique de la médecine au service des plus faibles ou des plus vulnérables. Durant ces cinq années, ils se sont organisés en collectifs, ont rédigé des manifestes, des pétitions ou des tribunes, organisé des meetings pour le dénoncer. En dehors des syndicats de médecins, d'infirmières, de praticiens, ils ont voulu faire porter leur voix, plus haut et plus fort que les instances représentatives. À l'heure de l'alternance, nous nous sommes tournés vers André Grimaldi, professeur à la Pitié-Salpêtrière (Paris) et coauteur du Manifeste pour une santé égalitaire et solidaire publié à l'automne dernier, vers Jérôme Martin, militant à Act Up, et Mathieu Bellahsen, psychiatre de secteur, membre du Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire, pour connaître leurs principales attentes.