A la fête de l’Huma, le «scénario des convergences» est à la peine

Par

Durant trois jours, le premier secrétaire du parti communiste, Pierre Laurent, a prêché pour une candidature commune de la gauche anti-Hollande. Les candidats invités – de Montebourg à Mélenchon, de Hamon à Duflot – sont d’accord. Mais ils restent tous candidats.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Statu quo ante bellum. Plusieurs mois ont passé depuis le congrès du PCF, début juin à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), mais le parti semble toujours faire du surplace. Au terme des trois jours de la fête de l’Humanité, qui a vu défiler tous les candidats estampillés de gauche pour la présidentielle – certains passant par la primaire du PS, d’autres par celle d’EELV, d’autres enfin allant directement au premier tour –, les communistes français n’ont toujours pas tranché : qui soutiendront-ils éventuellement pour 2017 ? et dans quel processus ? Pierre Laurent, premier secrétaire du PCF, a longtemps plaidé pour une primaire de toute la gauche anti-Hollande. Son souhait a rapidement fait long feu, alors que son ancien partenaire du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, se lançait tout seul. Puis quand le PS s’est accordé pour une primaire, mais taillée sur mesure pour François Hollande. Dans le même temps, Nicolas Hulot, qui pouvait présenter l’avantage d’une candidature qui transcende les partis, a renoncé. Et les écolos d’EELV ont lancé leur propre primaire.