En matière d'action contre la souffrance au travail, Renault fait souvent figure d'exemple. Depuis une série de trois suicides en 2006 et 2007 parmi ses ingénieurs du Technocentre de Guyancourt (Yvelines), cette «ruche» où sont conçus les nouveaux modèles, l'entreprise dit avoir pris le problème à bras-le-corps.