Benoît Thieulin : « Nous pouvons basculer dans une société de surveillance totale »

Par et

Le Conseil national du numérique s'est auto-saisi du fameux article 13 de la Loi de programmation militaire. Son président appelle à un « vrai débat » sur les questions de surveillance dans l'optique d'une grande loi annoncée pour 2014.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au lendemain du vote définitif du projet de loi de programmation militaire, Benoît Thieulin, président du Conseil national du numérique (CNNum) qui s'est saisi du dossier, revient sur l'adoption de ce texte, censé encadrer les écoutes administratives mais qui a déclenché un véritable tollé parmi les défenseurs des libertés numériques, ainsi que chez les acteurs économiques du secteur. Il appelle à un « vrai débat » sur les questions de surveillance et annonce le lancement d'une « concertation » visant à « nourrir » la  « future grande loi que Fleur Pellerin a annoncée pour 2014 ».