Rétention administrative: Besson trahit la promesse d’Hortefeux

Brice Hortefeux, lorsqu'il était ministre de l'immigration, s'était engagé à ce que la durée de rétention administrative n'excède pas 32 jours en France, malgré l'adoption de la directive européenne «retour» consacrée au retour forcé des étrangers en situation irrégulière. Éric Besson n'en a que faire. Son avant-projet de loi prévoit de porter à 45 jours ce délai, en affaiblissant le rôle des juges des libertés et de la détention.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La durée maximale de rétention administrative, fixée en France à 32 jours, ne devait pas changer: Brice Hortefeux, le prédécesseur d'Éric Besson, s'y était engagé lorsqu'en juin 2008, le Parlement européen avait adopté la «directive retour» consacrée à l'expulsion des sans-papiers. «L'Europe a décidé de porter la durée de rétention à dix-huit mois dans les cas exceptionnels», avait indiqué le ministre de l'immigration sur Europe 1 le 25 juin 2008, avant d'insister: «Concernant la France, nous resterons dans la politique qui est la nôtre, c'est-à-dire au maximum 32 jours avec toujours cette durée moyenne autour de 12 jours.»

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal