C'est un plan à trois improbable dans les coulisses gouvernementales. Depuis plusieurs mois, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon se sont progressivement rapprochés de celui qui semble le meilleur ennemi de leurs partisans, Manuel Valls. Par effet de génération, par nécessité et par tactique. Le ministre de l’intérieur y voit son intérêt, celui de ne pas se couper de la gauche de l’électorat socialiste.