Cette semaine dans «A l’air libre»

Cette semaine, dans « À l’air libre », des enquêtes, des reportages, des interviews… et, surtout, un ton que vous n’entendrez pas ailleurs.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Commencer par celle qui veut faire basculer la primaire écologiste et finir par celui qui pense les basculements du monde entier.

Cette semaine encore, « À l’air libre » s’est efforcé de faire entendre des paroles inouïes. Lundi, Sandrine, Rousseau, qui compte bien perturber le duel annoncé entre Yannick Jadot et Éric Piolle à la primaire d’EELV, nous racontait ses combats et ses espoirs. Dans la même émission, la réalisatrice Alice Diop nous contait les siens.

Mardi, trois femmes puissantes pour une triple interpellation. D’abord celle de la chorégraphe Gisèle Vienne adressée à sa ministre de tutelle, Roselyne Bachelot, sur l’état d’angoisse et de rage du monde de la culture. Puis celles des universitaires Fanny Gallot et Nacira Guénif, elles aussi adressées à leur ministre de tutelle, Frédérique Vidal, concernant la chasse aux sorcières en cours dans les universités, au nom de la dénonciation d’un inexistant « islamo-gauchisme ».

Mercredi, ce sont les voix de grands-parents désespérés qui ont hanté longuement notre plateau : ils demandent en vain à la France de pouvoir faire revenir leurs petits-enfants, coincés dans des camps syriens par la faute de leurs parents djihadistes.

Enfin jeudi, Jérôme Baschet, historien qui enseigne dans une université mexicaine du Chiapas, nous a entretenus des basculements souhaitables et souhaités du monde. 

Sandrine Rousseau, les enfants de djihadistes, l'enquête Wauquiez et le basculement mondial © Mediapart

Christophe Gueugneau

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne