JO 2024: la candidature de Paris minée par les conflits d'intérêts

L’agence d’événementiel Keneo a déjà reçu plus de 2 millions d’euros de contrats de la candidature française aux Jeux olympiques, expertisée par le CIO durant cinq jours, du 13 au 17 mai. Cette agence a été fondée par l’actuel directeur général de Paris 2024. Et dispose d'une autre recrue de choix pour faire fructifier ses affaires: l’ancien responsable aux grands événements sportifs à Matignon, sous Valls et Cazeneuve.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le timing est idéal. En pleine passation de pouvoir entre François Hollande et Emmanuel Macron, la commission d’évaluation du Comité international olympique (CIO) arrive à Paris ce week-end pour une visite décisive en vue de l’attribution des JO 2024. L’accession au pouvoir d’« un leader jeune, qui va au-delà des clivages politiques, qui a un discours ouvert et est en phase avec les valeurs que l’on veut porter », ainsi que s’en est félicité mercredi auprès de l’AFP Tony Estanguet, coprésident de la candidature, représente selon Paris 2024 un avantage certain. D’autant que le nouveau président de la République souhaite clairement s’impliquer dans un projet qu'il juge « primordial ». Emmanuel Macron a d'ores et déjà fait part de son souhait de rencontrer les membres du CIO au cours de leur visite et envisagerait, selon son entourage, de nommer un référent spécial, auprès du premier ministre ou du président de la République. Mais, au-delà de ces positions de principe, le nouveau locataire de l'Élysée aura-t-il la volonté de bousculer une candidature qui fonctionne en vase clos ?

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Un magistrat ordonne la censure préalable d’une enquête de Mediapart
Saisi par l’avocat de Gaël Perdriau, le président du tribunal judiciaire de Paris a fait injonction à Mediapart de ne pas publier de nouvelles révélations sur les pratiques politiques du maire de Saint-Étienne, après celles du chantage à la sextape. Cette censure préalable, décidée sans débat contradictoire, est une attaque sans précédent contre la liberté de la presse.
par Edwy Plenel
Climat — Analyse
Jets de peinture et de soupe sur les œuvres d’art : « Ça vous choque ? Tant mieux ! »
Statue aspergée de peinture ce vendredi à Paris, jets de soupe et collages de mains ou de visages sur des tableaux : depuis des mois, des activistes du climat perturbent les grands musées internationaux. Est-ce si ridicule, alors que les gouvernements continuent d’échouer à mener les politiques nécessaires ?
par Jade Lindgaard
Protection de l’enfance : une mission sacrifiée — Enquête
Enfants maltraités mais obligés de patienter : les sacrifiés de la République
Bien que la justice ait identifié un danger au sein de leur famille, des centaines d’enfants sont laissés sans protection, à cause d’une pénurie de personnel et de places en foyer. Un phénomène dont les pouvoirs publics ignorent eux-mêmes l’ampleur. Mediapart a mené l’enquête pour la Journée internationale des droits de l’enfant, ce 20 novembre.
par Hugo Lemonier
Numérique — Analyse
Les géants du numérique redescendent sur terre
Pour la première fois, Google, Amazon, Facebook et consorts se heurtent au mur de la réalité. Confrontés à un retournement économique, leur réponse est semblable à celle des acteurs de l’économie traditionnelle : des licenciements massifs pour diminuer les coûts et plaire aux financiers. 
par Martine Orange