A l’Assemblée, le groupe LREM secoué par son «aile gauche»

Par

Après les débats sur la loi sur l’asile et l’immigration, les élus dits humanistes de La République en marche espèrent rééquilibrer la politique sociale du gouvernement. Une poignée de déçus du macronisme sont même prêts à créer un nouveau groupe parlementaire. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La loi sur l’asile et l’immigration a laissé des traces. Certes, la fronde qui frémissait a accouché d’une rébellion de façade. Alors que pour ce texte, finalement voté le dimanche 22 avril après soixante et une heures de débats, plusieurs personnalités de la majorité ont bataillé pour faire évoluer le texte vers plus « d’humanité », c’est finalement le penchant « fermeté » cher à Gérard Collomb qui a remporté la mise, consacrant un recul des droits des étrangers.