Au FN, une «déception» et des éliminations symboliques

Par

Derrière le score écrasant de Marine Le Pen dans le Pas-de-Calais, le Front national réalise une contre-performance : 13,2 % des voix (moins qu’en 2012).

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il avait 13,6 % des voix en 2012, 13,2 % dimanche soir. Cinq années séparent ces deux scores au premier tour des élections législatives, et deux interprétations totalement différentes. En 2012, le Front national se félicitait de réaliser son deuxième meilleur résultat à des législatives (après celles de 1997). Cinq ans plus tard, ses quelque 13 % sonnent cette fois-ci comme un échec. Le parti de Marine Le Pen arrive en troisième position, derrière En Marche! et les Républicains, et ne sera pas en capacité de faire élire les 15 députés nécessaires pour former un groupe à l’Assemblée nationale. C’était pourtant l’objectif du Front national – qui ne compte aujourd’hui que deux députés au Palais Bourbon –, même si ses dirigeants se sont abstenus de tout pronostic dans la presse depuis l’élection présidentielle.