Indemnités: de nombreux parlementaires sont dans l’illégalité

Par

Le scandale des indemnités illégales perçues par des parlementaires ne porte pas que sur la Caisse des dépôts et consignations. La CNIL est tout autant concernée, de même que Radio France. Mediapart interpelle les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le scandale des indemnités illégales qui sont perçues par des parlementaires et que Mediapart a révélé ne concerne pas que la Caisse des dépôts et consignations (CDC), même si c’est dans cette puissante institution financière qu’il a pris le plus d’ampleur, par l’importance des sommes ainsi détournées. Pour des montants moindres mais pour une période beaucoup plus longue, la Commission nationale de l’informatique et libertés (CNIL) est tout autant concernée : selon l’enquête de Mediapart, les parlementaires qui siègent au sein de son collège ont tous profité d’indemnités illégales depuis de très longues années. C’est aussi le cas à Radio France.