Affaire Ferrand: l’embarras d’une grande partie de l’opposition

La France insoumise, le Rassemblement national et Les Républicains, eux-mêmes ébranlés par des affaires financières, se montrent embarrassés et se refusent à demander la démission du président de l’Assemblée nationale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après la mise en examen du président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, pour « prise illégale d'intérêts » dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne, plusieurs partis d’opposition, eux-mêmes touchés par des affaires financières, se montrent embarrassés et se refusent à demander sa démission.