Le procès d’Alexandre Benalla, l’ombre d’Emmanuel Macron

Par

Alexandre Benalla, ancien « Monsieur sécurité » de l’Élysée, comparaît à partir du 13 septembre devant le tribunal correctionnel de Paris pour les violences du 1er mai 2018, le « selfie » avec arme, et l’utilisation de passeports diplomatiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est celui par qui le scandale arrive à l’Élysée, dans la torpeur de l’été 2018. Celui qui passe tout d’un coup du statut d’homme de confiance du président à nervi de la République. Alexandre Benalla, 30 ans, l’homme qui a mis à nu la grande légèreté d’Emmanuel Macron s’agissant des questions de sécurité, sera jugé devant le tribunal correctionnel de Paris à partir de ce lundi 13 septembre. Le procès doit durer trois semaines.