François Baroin «oublie» de s’appliquer la rigueur

Par et
En juin, Nicolas Sarkozy avait demandé aux ministres de ne pas employer plus de 20 conseillers dans leur cabinet. Mais Mediapart s'est procuré un document qui montre qu'au ministère du budget, chantre de la rigueur, ils sont 34 à s'affairer.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Pour François Baroin, «la rigueur n'est pas un gros mot». Mais dans son cabinet, c'est un vain mot. L'homme qui, depuis le mois de juin, annonce à tour de bras vouloir réduire les déficits publics ne s'applique pas à lui-même ses propres exigences, contrairement à ce qu'il affirme. Alors qu'officiellement son cabinet n'est composé que de 20 conseillers, comme exigé par Nicolas Sarkozy en juin, Mediapart en a retrouvé 34 grâce à un organigramme interne que nous nous sommes procuré.

Ce document (annoté de la mention «NE PAS DIFFUSER») date certes du mois de septembre. Mais nous avons appelé le standard du ministère, puis les secrétariats de chacun des conseillers, et avons ainsi pu vérifier qu'ils y travaillent toujours.

Dès mercredi soir, nous avons aussi contacté la direction de la communication du ministère, pour obtenir confirmation. Nous voulions des explications sur ces conseillers fantômes, en particulier savoir qui les rémunère. Jeudi et vendredi, nous avons encore laissé de multiples messages, sans réponse. Enfin, vendredi, en désespoir de cause, nous avons tenté de joindre Didier Banquy, le directeur de cabinet du ministre, sans plus de réussite.

Il faut dire que ces conseillers n'apparaissent ni sur le site du ministère, ni dans les éléments transmis aux médias. L'hebdomadaire Le Point, dans un article de cette semaine, range ainsi François Baroin dans la catégorie des ministres «sérieux», parmi ceux qui ont scrupuleusement respecté la consigne du président de la République. Le 28 juin dernier, dans une lettre publique à François Fillon, Nicolas Sarkozy avait exigé un Etat exemplaire; au nom d'«un impératif moral», il commandait: «Cet effort d'exemplarité doit (...) concerner l'entourage des ministres. Le nombre de leurs collaborateurs de cabinet a été fixé à un maximum de 20 personnes, et quatre pour les secrétaires d'Etat. Cette règle doit être rigoureusement respectée dès la rentrée prochaine.»

En réalité, s'il y a eu quelques réductions (tardives) d'effectifs au ministère du budget, elles sont plus liées à l'affaire Woerth-Bettencourt qu'à une volonté de faire des économies: mardi 3 novembre, François Baroin a publié une circulaire confirmant la suppression de la cellule fiscale de Bercy, qui comptait cinq conseillers, décriée cet été par un rapport de l'inspection des Finances. Un seul d'entre eux continue de travailler au sein du cabinet. Surtout, il reste 33 autres conseillers, plus de deux mois après la fameuse «rentrée» évoquée par le président dans son courrier.

Même si les conseillers cachés ne sont certainement pas l'apanage de Bercy, ce «Faites ce que je dis, pas ce que je fais» du ministre passe d'autant plus mal que le 10 octobre dernier, le député (PS) René Dosière a révélé que «c'est au ministère du budget que l'on est le mieux payé». La moyenne des trois rémunérations les plus hautes de ce cabinet, qui atteint 15.117 euros mensuels net, dépasse en effet tous les autres ministères, et même Matignon.

Si vous avez des informations à nous communiquer, vous pouvez nous contacter à l’adresse enquete@mediapart.fr. Si vous souhaitez adresser des documents en passant par une plateforme hautement sécurisée, vous pouvez vous connecter au site frenchleaks.fr.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale