Pour Maria et Nicolae, «les problèmes ne sont pas finis avec la maison»

Par

Après des années de manche et de mal-logement, Maria Muntean a enfin trouvé un toit pour sa famille à Marseille. Avec son mari Nicolae Anghel, elle apprend à vivre entre quatre murs et ne veut pas que ses filles « se marient jeunes ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Deux heures par jour, Maria Muntean, 29 ans, nettoie des bureaux et toilettes d’une association près de la porte d’Aix (3e arrondissement), dans le centre-ville de Marseille. À 8 h 30, elle emmène sa fille aînée Maria, 8 ans, à l’école primaire à Pont-de-Vivaux (10e arrondissement), puis dépose les deux petits, Chanela, 3 ans, et Christian, 1 an, chez son frère, à l’autre bout de la ville, à la Belle de Mai (3e arrondissement), avant de se rendre au travail. Il faut bien compter une heure et demie de bus. Et la même chose au retour.