À l’air libre

13-Novembre: 5 ans après, une mémoire toujours vive

Dans « À l’air libre » jeudi, 5 ans après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, un rescapé et le père d’une des victimes sont sur notre plateau. Il y est aussi question du souvenir, avec un livre sur les mémoriaux spontanés et éphémères. Également au sommaire : comment la volte-face de Ziad Takieddine ne remet pas en cause le dossier des financements libyens, et un détour par le Brésil où Bolsonaro ne veut toujours pas croire à la défaite de Donald Trump.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

À l'air libre (25) 13-Novembre: 5 ans après, une mémoire toujours vive © Mediapart

La rédaction de Mediapart

12 novembre 2020 à 19h13

PDF

«À l’air libre », l’émission qui ouvre en grand les fenêtres !

  • Au sommaire

Les faits, rien que les faits dans l’affaire libyenne : Fabrice Arfi vous explique pourquoi la volte-face médiatique de Ziad Takieddine ne change rien, en l’état, au dossier judiciaire.

Nous consacrons une large partie de notre émission aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Les commémorations des 5 ans, c’est demain… Sur notre plateau, David Fritz-Goeppinger, rescapé du Bataclan, et Georges Salines, père d’une victime, tous deux en reconstruction grâce, notamment, à l’écriture. 

Et puis on voit avec le sociologue Gérôme Truc comment le souvenir des victimes de ces attentats vit et dure, à travers les mémoriaux spontanés et éphémères dans la rue.

Enfin, des nouvelles de Bolsonaro au Brésil, qui se noie dans un double déni : la défaite de Trump, il n’y croit pas. Le Covid, il n’y croit toujours pas non plus. On est en ligne avec notre journaliste sur place Jean-Mathieu Albertini. 

Voir ou revoir toutes nos émissions ici.


À la Une de Mediapart

Défense — Enquête
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Gauche(s) — Analyse
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Droite — Reportage
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Gouvernement
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne