Ministère de la défense et Microsoft : les dessous du contrat «open-bar»

Par

Le ministère de la défense a renouvelé le contrat équipant ses ordinateurs, au grand dam des défenseurs du logiciel libre. Sa signature initiale, contre l'avis d'un groupe d'experts de l'armée, avait suscité de nombreuses inquiétudes. En pleine affaire Snowden, le choix du géant américain interroge.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les majorités passent mais certaines choses ne changent pas. Le ministère de la défense de Jean-Yves Le Drian, par exemple, se refuse toujours à donner la moindre indication sur le contenu très controversé du contrat dit « open-bar » signé en 2009 sous le mandat de son prédécesseur Hervé Morin, et renouvelé au mois d'octobre dernier.