Un nanomédicament pour traiter la douleur sans addiction

Par
Une équipe française de scientifiques a développé un nouveau nanomédicament anti-douleur qui cible spécifiquement la zone concernée tout en évitant les effets secondaires liés aux opiacés, comme l'addiction.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

PARIS (Reuters) - Une équipe française de scientifiques a développé un nouveau nanomédicament anti-douleur qui cible spécifiquement la zone concernée tout en évitant les effets secondaires liés aux opiacés, comme l'addiction.

L'équipe de Patrick Couvreur à l'Institut Galien Paris-Sud (Paris-Sud/CNRS) en collaboration avec des scientifiques de l'Institut de psychiatrie et neurosciences de Paris (Inserm/Paris Descartes) et du laboratoire de neuropharmacologie (Paris-Sud/Inserm) ont participé à cette avancée, détaillée dans une étude publiée ce mois-ci dans la revue Science Advances, apprend-on dans un communiqué commun.

"L'addiction aux opiacés constitue, en effet, un fléau national aux Etats-Unis avec 11 millions de patients dépendants et environ 175 décès journaliers à la suite de surdosages ; les autres pays ne sont pas épargnés", rappellent les scientifiques.

Les chercheurs ont couplé des neuropeptides endogènes, des molécules naturelles agissant sur les récepteurs liés à la douleur qui n'induisent pas d'effets secondaires mais qui sont habituellement métabolisées par le corps en quelques minutes, à un lipide, le squalène.

"Il a été montré que ces nanomédicaments induisaient, chez le rat, un effet anti-douleur important et prolongé, avec une efficacité plus grande que celle de la morphine", note l'équipe.

"Grâce à l'utilisation d'antagonistes des récepteurs aux opiacés, ne pénétrant pas la barrière hémato-encéphalique, il a été observé que, contrairement à la morphine, les nanoparticules de leu-enképhaline-squalène épargnaient le tissu cérébral et agissaient exclusivement au niveau des récepteurs périphériques".

En ne délivrant leur principe actif que dans la zone inflammatoire douloureuse, ces nanoparticules évitent les effets centraux responsables des phénomènes d'addiction.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale