Villepin dénonce « le manque de tolérance » au sein de l'UMP et critique l'Elysée

L’UMP existe-t-elle encore ? Les conseillers de Nicolas Sarkozy sèment-ils la confusion dans le camp majoritaire ? Pour l’ancien premier ministre, « il faut tirer les leçons des derniers mois » en élisant à la présidence de l'UMP un « responsable légitime » et en fixant « une ligne de conduite pour chacun ». Dominique de Villepin répond aux questions de MediaPart.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comment redresser la majorité ? Faut-il mettre fin à la direction collégiale de l'UMP (un secrétaire général et plusieurs vice-présidents) en la remplaçant par un président élu par les militants ? Permettre davantage d’autonomie et de liberté d’expression ? Pour Dominique de Villepin, le constat est clair, l’absence de leader légitime dans le parti majoritaire est synonyme de « perte de dynamisme et d’initiative de la majorité ». « Le fait d’avoir tous les projecteurs braqués sur le président de la République, cela ne lui rend pas service, estime-t-il dans un entretien à MediaPart. C’est notre intérêt d’avoir une répartition des pouvoirs et des tâches clairement définie avec plusieurs pôles d’initiatives et de propositions. Il faut tirer les leçons de ce qui vient de se passer » et avoir « un responsable clairement défini, légitime ».