Le XIIe arrondissement, symbole de la « bataille sans passion » de Paris

Par

Union avec le centre dès le premier tour, enracinement local, renouvellement… L'UMP du XIIe aurait pu rassembler tous les ingrédients choisis par Nathalie Kosciusko-Morizet pour conquérir la capitale. Mais comme ailleurs, l'atonie, le décalage idéologique et le risque d’abstention pèsent plus que le reste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Loin des bisbilles du VIIIe, des coups de théâtre du IIe et des petites phrases du XVIe, la campagne UMP du XIIe arrondissement fait figure de père tranquille dans la bataille de Paris. Pour rompre avec « les pratiques et les querelles du passé », Nathalie Kosciusko-Morizet a choisi de confier cet « arrondissement de la reconquête » à l’une de ses porte-parole : Valérie Montandon, une chef d’entreprise de 38 ans, élue du XIIe depuis 2008 et vice-présidente du groupe UMP du conseil de Paris depuis 2012.