Avec sa « révolution référendaire », Marine Le Pen se prend les pieds dans la démocratie

La candidate du RN a annoncé vouloir écouter « le peuple » méprisé par Emmanuel Macron. Le rôle de composition de la grande démocrate, en réalité dans la plus pure tradition plébiscitaire, n’aura pas tenu bien longtemps.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

À dix jours du second tour de l’élection présidentielle, alors que beaucoup s’inquiètent de voir si proche de l’Élysée la représentante d’une famille politique xénophobe et autoritaire, Marine Le Pen a présenté, mardi 12 avril, à Vernon (Eure), ses mesures pour remédier à la « crise démocratique sans précédent » que connaît notre pays. Un exercice évidemment destiné à prendre Emmanuel Macron à revers.   

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal