À Montpellier, les harkis ne sont plus « dragués comme avant »

Tantôt ouvertement racolés, tantôt ignorés, ou opposés aux pieds-noirs, les harkis ont longtemps été au centre d’une partie de ping-pong électoral. Un jeu d’équilibriste émaillé de quelques clashs notoires, de Georges Frêche à Patricia Mirallès.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Montpellier (Hérault).– Lorsque Georges Frêche dérape et insulte un groupe de harkis le 11 février 2006, sur la stèle de Jacques Roseau, ses mots sont d’une violence inouïe : « cocus »« sous-hommes ». Maire de Montpellier de 1977 à 2004, puis président du Languedoc-Roussillon jusqu’à sa mort en 2010, l’animal politique au verbe tranchant s’est rarement embarrassé de politesse, quitte à se mettre l’appareil socialiste à dos.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal