La France, nouvelle terre d'émigration

Par

Une nouvelle étude de l'Insee démontre que l'immigration ne contribue plus que faiblement à la hausse de la population française. Si le nombre d'arrivées en France n'a pas diminué, celui des départs, lui, a très fortement progressé. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis une décennie, l’immigration contribue de moins en moins à la croissance de la population française, bien que le nombre de nouveaux arrivants soit en hausse, car de plus en plus de personnes quittent la France. L’apport migratoire a représenté plus du quart de la croissance démographique française entre 2006 et 2007. Depuis 2009, il n’y a contribué que pour 10 à 12 % par an. Alors que l’ensemble de l’Europe ne maintient sa population que grâce à l’immigration (voir notre article), la France, autrefois terre d’accueil, est en train de devenir un pays d’émigration.