Des peines de prison ferme réclamées au procès Wildenstein

Par

Quatre ans de prison dont deux avec sursis et une amende de 250 millions d'euros ont été requis contre le patriarche Guy Wildenstein, jugé pour « la fraude fiscale la plus sophistiquée et la plus longue de la Ve République ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après quatre semaines de débats parfois arides mais fort instructifs, le procès Wildenstein se fige, le temps du réquisitoire, ce jeudi 13 octobre 2016 au palais de justice de Paris. C'est le moment où l'accusation doit mettre les faits en perspective, synthétiser les charges et analyser les responsabilités des uns et des autres. Le parquet national financier (PNF) est représenté par deux femmes, Monica d'Onofrio et Mireille Venet, qui vont prononcer un long réquisitoire à deux voix.
C'est que l'affaire n'est pas simple. C'est même « la fraude fiscale la plus sophistiquée et la plus longue de la Ve République, en ayant recours à des protagonistes disséminés à travers le monde », commence Monica d'Onofrio. La procureure évoque « des pratiques que les citoyens du monde ne supportent plus », ces « montages réservés à des initiés », pour éluder l'impôt, et qui sont « conçus par des professionnels avertis ». Pour la magistrate, les Wildenstein ont fait « le choix de créer une fortune apatride », abritée dans des trusts, eux-mêmes logés dans des paradis fiscaux et des États non coopératifs.