Manuel Valls, entre fusion et confusion

Par

Manuel Valls serait-il un stratège du jeu de l’oie ? Pour éviter la case tête de mort (les régionales), il propose d’aller directement à la case recomposition (fusion du PS et de la droite), au nom de la lutte contre Marine Le Pen. Le problème est de savoir si son calcul s’appuie sur la science politique ou sur la science-fiction.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il n’a pas fait les choses à moitié. D’abord mercredi dans de fausses confidences à plusieurs journaux, puis le lendemain au micro de la chaîne parlementaire : Manuel Valls a confirmé qu’il « n’écartait rien » entre les deux tours des régionales, notamment dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Un « rien » dont il ne pouvait ignorer l’effet en chaîne au parti socialiste, à LR, ou au Front national.